22 V'La Georges, c'est fini !!!!!

Merci aux bénévoles, aux artistes

et au public...

 

L'édition 2018 en images...

 

Merci à Gilbert Raulet, Patrick Grin, Serge Tribouillois .... pour leurs magnifiques photos.

22 V'La Georges dans les médias

 

  • Dans MIDI LIBRE

 

 

  • Sur THAU INFO

 

 
Ce rendez-vous avec nous...
 

Bien singulier ce rendez-vous fixé à 14 heures pour le pot d’ouverture du festival de 22 V'la Georges – à moins que cela soit l’heure exacte de la naissance du poète… Le fait est que celui-ci fut reporté à un horaire moins insolite.

 

L’endroit par contre n’avait pas changé. A 18 heures, la place de la République était bien remplie ainsi que le plus petit des deux chapiteaux et deux cafés,  Le Bar de Alliance et Le Carafon où se dérouleront également une partie les festivités (l’Excelsior un peu plus bas fait également parti des bistrots associés à l’évènement). 22 vla Georges, c’est désormais le festival populaire  incontournable de l’Ile Singulière, celui qui honore son enfant chéri, en s’adressant à tout le monde, celui que le trop vite disparu José Capel a monté (avec tous les bénévoles) grâce à un enthousiasme débordant irrigué par son amour de la chanson et son admiration pour Brassens.

Aujourd’hui, c’est tout un quartier, et par extension - des manifestations sont prévues à la médiathèque François Mitterrand   ou encore à la Salle Brassens ( voir l'intégralité du programme dans nos pages) - dans  la ville entière   qui vit aux rythme des chansons de "Tonton Georges" , à la faveur d'une organisation qui a tablé sur "l’altruisme et l’humanisme", comme l’a souligné Christelle Espinasse, l’élue à la culture présente hier, et des artistes qui ne sont pas payer pour leur prestation   ,mais  viennent chanter, enchanter , partager leurs goûts communs , s’enrichir mutuellement.

22 V'la George tel que le souhaitait  José Capel, c’est un grand brassage musical autour d’un chanteur – malgré l’importance accordée par ce dernier à la langu

e française, le don (et l'incessant  travail) pour trouver le mot juste –  aujourd’hui chanté dans beaucoup de langues, sur des rythmes divers.

Cette année sur les 25 artistes qui sont partie  prenante de la fête, il y a des espagnols, des italiens, des marocains…Brassens « modèle de simplicité » a indiqué Christelle Espinasse a toujours essayé d’aider (comme lui avait  été pris sous des ailes protectrices de Patachou) les artistes en lesquels il croyait comme le voisin Bobby Lapointe à qui il a assuré des premières parties de concerts. Aujourd’hui sa musique indémodable continue d’inspirer par-delà les frontières.

Ce festival qui a commencé petitement il y a cinq ans, mais toujours avec le soutien de la ville, est venu combler un vide hérétique …

Aujourd’hui le tort est réparé de fort belle manière , grâce à José, que l’on ne remerciera jamais assez, et à tous ceux qui rendent possible cette belle, festive, et intense semaine, la dernière du mois d’octobre qui s’ouvre sur le jour de la naissance et se clôt sur la mort d’un immense artiste-  qui se serait reconnu dans cette célébration où la solennité fait place à la joie, la commémoration, à la spontanéité, les longs discours,  à la chanson.

J.B.S

 

  • Sur FRANCE BLEU HERAULT

https://www.francebleu.fr/emissions/ca-vaut-le-detour-l-invite-de-france-bleu-herault/herault/bon-plan-sortie-222?xtmc=cap%20brassens&xtnp=1&xtcr=1

 

  • Sur METROPOLITAIN : 22, V’là Georges à Sète : un festival en l’honneur de Brassens l’éternel (
https://e-metropolitain.fr/2018/10/21/22-vla-georges-festival-lhonneur-de-georges-brassens/?fbclid=IwAR2PvQPHaxiBPLqggr0tLlC4iK7OAVMSQ1X3fbg0b3XqNHgwHScuA7iNOHk